Meubles anciens : comment les faire estimer ?

Le relooking intérieur et l’aménagement de logements est plus que jamais d’actualité : confinement aidant, de plus en plus de particuliers mais aussi de professionnels comme les architectes d’intérieur, recherchent des mobiliers anciens afin de suivre ce véritable phénomène qu’est le meuble vintage marié aux intérieurs modernes. Vieux fauteuils, vaisseliers, commodes Renaissance et autres bahuts trouvent de plus en plus d’acheteurs, désireux de refaire leur décoration en intégrant dans leur logement les styles redevenus à la mode : campagnard, rétro, baroque, colonial…

La demande est aujourd’hui plus forte que l’offre : c’est le moment de vous débarrasser de vos meubles anciens !

Un partenaire de choix : le commissaire-priseur

Vendre en direct par un réseau social ou un site de petites annonces fait partie des usages actuels : cependant, vous n’avez aucunement la garantie de réaliser transaction à la hauteur de la valeur de vos bien, et vous risquez accessoirement de tomber sur quelque arnaqueur ou mauvais payeur.

Le recours à un professionnel de la vente, même s’il a un coût, peut être une excellente solution, qui finalement vous fera gagner du temps et de l’argent. Le commissaire-priseur, officier judiciaire habilité par l’état, est en cela l’interlocuteur idéal pour vous aider à estimer vos meubles anciens, et surtout, prendre en charge la vente de ces derniers à leur juste valeur, avec un paiement à la clé garanti et sans surprises !

À la fois expert juridique et diplômé en art, le commissaire-priseur réalise l’estimation de vos biens mobiliers, faisant intervenir si nécessaire des intervenants extérieurs pour une expertise complémentaire. Une fois l’expertise menée, ce dernier vous fait signer un contrat appelé réquisition de vente, l’autorisant à prendre en charge la vente de vos meubles. C’est sur ce mandat que vous indiquez votre prix de vente minimum, de manière à vous garantir un retour sur investissement correct.

Le commissaire-priseur étant rémunéré proportionnellement au prix d’adjudication de vos biens, il assurera au mieux la mise à prix de ces derniers et poussera les enchères, vous garantissant un prix de vente final optimal.

Quels critères pour l’estimation des meubles ?

Il faut savoir que les meubles de collection peuvent avoir une valeur de vente très élevée. Il n’est pas rare que des meubles du 17ème ou du 18ème siècle soient adjugés à des prix exorbitants, certaines ventes record ayant allègrement dépassé le million d’euros.

Tout repose sur la détermination de l’authenticité du mobilier : c’est pourquoi l’expertise doit impérativement être menée par une équipe de spécialistes, et pourquoi la connaissance de certaines informations essentielles, comme l’époque de fabrication ou le nom de l’artisan ayant conçu la pièce, revêtent une importance capitale.

Voici quatre critères importants dans l’expertise d’un meuble ancien :

  • La signature de l’artisan, ou estampille : véritable preuve de l’authenticité du meuble, son emplacement varie selon le type de meuble, mais aussi de l’époque où il a été construit. Le recours à un expert professionnel est nécessaire, car de nombreux faussaires ont, au fil des siècles, copié ces signatures à des fins frauduleuses. On la trouve par exemple au dos d’un montant, ou sur la tranche d’un tiroir, ou encore sur les traverses intérieures des armoires et commodes. Bien que facultative, la signature de l’artisan est un critère majeur.
  • Les sculptures et cannelures : sur les meubles anciens véritables, elles ressortent par rapport à la surface du meuble, à la manière de décors sculptés collés, ou taillés dans la masse. Les meubles plus récents présentent généralement des sculptures creusées, ce qui les différencie immédiatement. Si les sculptures sont trop régulières ou trop parfaites, méfiez-vous également, car il est n’est rare que les copies soient plus lisses que les véritables œuvres anciennes, très souvent bien plus détaillées et fouillées au niveau des détails.
  • La technique d’assemblage : le recours à la colle est une pratique moderne qui est apparue au XIXème siècle. Dès lors, un meuble ancien ne présentera que des assemblages par chevilles emboitées, puisque c’était ainsi que les ébénistes procédaient jusqu’à la Renaissance. Le recours aux équerres ou à la visserie est caractéristique du XIXème et du XXème siècle, ce qui n’enlève rien à la valeur de certaines pièces, mais permet de dater facilement les ouvrages.
  • L’usure naturelle : le patinage des surfaces du meuble doit être pris en compte, notamment sur les meubles susceptibles d’être souvent déplacés (chaises, fauteuils…) ou sujets à des frottements récurrents. C’est un critère dans l’évaluation de l’ancienneté d’un meuble.

Vous êtes acheteur ? Direction les salles de vente !

Si vous recherchez un meuble ancien ou de collection, le recours aux salles de ventes en ligne est un moyen simple de trouver votre bonheur, avec la garantie d’acheter des mobiliers aux origines certifiées, et à des prix le plus souvent justes par rapport à leur véritable valeur.

À l’heure d’Internet, il existe trois principales plateformes pour suivre les enchères partout en France et passer vos ordres en un clic : auction.fr, drouotonline.com, le plus connu étant interencheres.com, où l’on retrouve pour ainsi dire la totalité des maisons de ventes en France.

Prenez en considération que vous devrez vous déplacer pour aller chercher le meuble là où l’adjudication aura été validée, et que vous aurez des frais de vente d’environ 15% sur votre acquisition. Mais au final, vous gagnerez du temps, et de l’argent !